Image de décoration du fil d'ariane

Covid-19 : une opportunité pour l'ESS d'incarner le changement

Tribune de Deza Nguembock, fondatrice d’E&H LAB, une entreprise engagée

 

Deza Nguembock est lauréate de la Fondation Banque Populaire, femme handicapée et fondatrice d’une entreprise engagée depuis 9 ans pour une société inclusive et actrice majeure de l’ESS avec un agrément ESUS (entreprise solidaire d’utilité sociale). À l’heure où beaucoup de TPE (très petites entreprises) souffrent de la situation, elle partage son regard sur la crise actuelle.

 

Pas tous égaux face au coronavirus !

La crise sanitaire qui a brutalement frappé la société force à une réorganisation pour se relever durablement. S’il est indéniable qu’elle a bouleversé la société dans son ensemble, force est de constater qu’elle a accéléré et amplifié davantage certaines fragilités et inégalités déjà existantes. Sur un plan individuel, il y a une recrudescence de fragilités d’ordre physique, mental, social et économique qui nécessitent des mesures disruptives. Sur un plan entrepreneurial, des écarts importants se sont creusés notamment entre grands donneurs d’ordre et TPE. Les dispositifs de sortie de crise proposés ne couvrent hélas pas l’ensemble des réalités d’entreprises.

 

Changer le monde avec 3 principes d’action

De grandes valeurs et principes régissent l’ESS qui, de mon point de vue, doit sortir de l’entre-soi, des discours convenus pour se réparer de l’intérieur, se renouveler afin de s’imposer comme un modèle d’économie de demain. Pour dépasser la précarisation et la dépendance renforcées par le système actuel, il y a une urgence à revoir ses logiques d’action et aligner ses discours aux actes via trois principes essentiels : la coopération, la confiance et la cohérence pour sauver de nombreux petits acteurs et à accompagner le co-développement de manière pérenne.

 

Le handicap : une approche inappropriée et une réponse incomplète

Lorsque le handicap n’est pas considéré sous le prisme de l’assistanat, il est abordé comme un sujet de conformité ; ce qui enferme les personnes handicapées dans un discours victimaire et renforce la perception des entrepreneurs handicapés comme des « sujets à risque » pour les opérateurs financiers, notamment les banques. Certes, la gestion du handicap nécessite des moyens supplémentaires qu’il n’est pas question de nier. Mais, réduire les personnes handicapées à une approche misérabiliste est inapproprié. Les aides mobilisées pour le monde associatif ont été saluées. Les entrepreneurs handicapés ont cependant besoin d’une toute autre réponse pour accompagner, faciliter et pérenniser leur capacité à être autonomes.

En juin 2020, E&H LAB a soufflé sur sa 9e bougie dans un contexte très incertain et sans aucune garantie de survivre à la crise actuelle.

E&H LAB, une agence en communication pas comme les autres

9 ans, 58 clients accompagnés au total, 2 Millions d’euros de revenu global, 6 campagnes d’intérêt général.

Une dirigeante singulière, Deza Nguembock, qui incarne authentiquement la vision de son entreprise. Au cœur du projet, une cause : l’inclusion ; une double mission autour du handicap ; un modèle économique hybride avec des campagnes d’intérêt général et une offre d’accompagnement pour les entreprises (conseil, création de contenus et événementiel).

Et parmi les clients qui lui ont accordé une grande confiance, la Fondation Banque Populaire, pour l’organisation de son 25e anniversaire en 2017 et la Casden Banque Populaire pour l’organisation de la convention de ses délégués en 2019.