Vladimir VINCHON

Dresseur équestre

Oui, je crois que tout est possible, si on est capable de croire en soi et en l’autre.

Né à Saint-Quentin (02) en 1974, rien ne prédestinait Vladimir Vinchon à devenir cavalier de l’équipe de France de dressage handisport….

Il a débuté l’équitation à l’âge de 8 ans par des cours de poney. A 15 ans, il rentrait en apprentissage de lad-jockey et sa carrière de jockey professionnel démarre.

Le 1er septembre 1994, il est victime d’un accident de voiture le lendemain d’une victoire d’une grande course hippique en Belgique. Le diagnostic est irrévocable : amputation de la jambe droite.

Après des mois de rééducation, il doit réapprendre à marcher, à s’adapter à sa prothèse mais l’envie de remonter à cheval est toujours très présente.

Il surmonte son handicap et grâce à sa pratique, il acquiert la force de se battre et de rendre sa vie marquante et inoubliable ! Aussi la Fondation Banque Populaire a décidé d’aider Vladimir Vinchon pour l’entretien de son cheval Tarentino Fleuri.

 

Membre de l’équipe de France et Vice-champion de France en paradressage, Vladimir Vinchon est de ceux que rien ne décourage. Alors qu’il se vouait à une carrière de jockey, à 20 ans, il est victime d’un accident de voiture qui entraîne l’amputation de sa jambe droite. Après des mois rééducation, il décide de reprendre l’équitation et trouve les partenaires et les soutiens indispensables à sa pratique. Depuis, il participe à des compétitions internationales tout en travaillant chez ERDF. La Fondation l’aide à financer ses entraînements pour les prochains Jeux Paralympiques.

Témoignage :

Au fond, rien ne me prédestinait à devenir cavalier de l’équipe de France de dressage handisport. Quand le diagnostic est tombé après mon accident, amputation de la jambe droite, je n’aurais pu imaginer remonter sur un cheval. Mais après des mois de rééducation, le désir de retrouver les sensations de cavalier ne me lâchait pas. J’ai alors décidé de me battre et de m’accrocher quoiqu’il arrive. Et depuis, je n’ai eu de cesse de remporter ce challenge un peu fou : gagner contre moi-même et redevenir un sportif de haut niveau.

C’est un grand honneur d’être un lauréat de la Fondation et de pouvoir porter ses couleurs. L’audace, l’envie de gagner, la pugnacité, l’esprit d’entreprendre et cet élan sans lequel on ne fait rien de sa vie constituent un moteur puissant. Oui, je crois que tout est possible si on fait preuve de ténacité ! Oui, il ne faut rien lâcher, car la vie offre véritablement de formidables opportunités à qui sait s’y ouvrir.